Les chroniques éclair ⚡

Si mon blog a été pendant très longtemps une passion dévorante qui me prenait pas mal de temps – il arrivait que je passe plus d’heures à peaufiner une ”chronique” qu’à lire le roman dont je parlais – aujourd’hui, l’histoire est tout autre. D’abord, parce que j’ai tellement affiné mes goûts que je prends autant, voire plus, de plaisir à lire qu’à rédiger mes avis – ce qui n’était pas le cas avant -, mais surtout parce que j’ai beaucoup moins de temps. Mon travail et mes horaires aléatoires ne me permettent plus de consacrer autant de temps libre au blog qu’auparavant. De ce fait, je n’ai pas toujours envie de m’étaler au sujet de mes avis de lecture, surtout lorsque je ne sais pas quoi dire d’un roman, que je l’aie aimé ou non. Plusieurs lectures n’ont donc pas eu d’articles, et je regrette un petit peu.
Ce nouvel espace sur le blog est donc dédié aux lectures qui, selon moi, ne nécessitaient pas d’article, mais dont je veux tout de même parler, rien que pour garder une trace.


Le verger de marbre d’Alex Taylor

Pas totalement une déception, mais pas une bonne lecture non plus, j’ai trouvé Le verger de marbre très long probablement à cause du rythme lent de l’intrigue. Je suis allé au bout, en me contentant, sur la fin, de ne lire que les dialogues, et globalement, j’ai trouvé l’histoire intéressante dans son ensemble, moins sur la longueur.

Résumé : En plein Kentucky rural, la Gasping River déploie son cours au milieu des falaises de calcaire et des collines couvertes de champs de maïs et de soja. Un soir où il remplace son père, qui conduit le ferry parcourant la rivière dans les deux sens, le jeune Beam Sheetmire tue un passager qui tente de le dévaliser. Mais sa victime est le fils de Loat Duncan, puissant homme d’affaires local et assassin sans pitié. Toujours accompagné de ses chiens menaçants, Loat est lui-même porteur d’un lourd secret concernant le passé de Beam. Aidé par son père, le jeune homme prend la fuite, tandis que Loat et Elvis, le shérif, se lancent à ses trousses.