Barbara Abel : Et les vivants autour ❤️

.⁎⁎⁕*⁕⁎⁎ Avis de lecture ⁎⁎⁕*⁕⁎⁎.


Desservi par une couverture franchement peu attrayante – comme c’était le cas avec Je t’aime, le précédent roman de l’autrice dont l’immonde couverture a failli me faire passer à côté du roman – on pourrait penser Et les vivants autour ennuyeux, à l’image de sa devanture. D’autant plus que dans mon cas, mes derniers essais avec Barbara Abel n’ont pas été concluants. Ayant adoré Je sais pas et Derrière la haine, ayant senti un grand potentiel chez l’auteure, et étant très réceptive à ses écrits et à ses thèmes, j’ai tenté de lire l’ensemble de la bibliographie de Barbara Abel après la sortie de Je t’aime, que j’ai également beaucoup aimé. Et alors ? Après la fin m’a vraiment déçue, et j’ai abandonné tous les romans qui ont précédé Derrière la haine (plus L’innocence des bourreaux).
À l’évidence, je préfère cette autrice dans ses romans les plus récents, et même si c’est avec quelques réticences et a priori que je me suis procurée Et les vivants autour, je n’ai pas su ignorer la sortie et le roman. Il m’a fallu cependant plusieurs années avant de m’y mettre – deux ans – sans qu’aucune réminiscence de mes expériences passées ne vienne gâcher ma lecture.

Voilà quatre ans que l’ombre de Jeanne plane sur eux.
Comme s’ils n’avaient plus le droit de vivre pour de vrai tant qu’elle était morte pour de faux.

Cela fait quatre ans que la vie de la famille Mercier est en suspens. Quatre ans que l’existence de chacun ne tourne plus qu’autour du corps de Jeanne, vingt-neuf ans. Un corps allongé sur un lit d’hôpital, qui ne donne aucun signe de vie, mais qui est néanmoins bien vivant. Les médecins appellent cela un coma, un état d’éveil non répondant et préconisent, depuis plusieurs mois déjà, l’arrêt des soins. C’est pourquoi, lorsque le professeur Goossens convoque les parents et l’époux de Jeanne pour un entretien, tous redoutent ce qu’ils vont entendre. Ils sont pourtant bien loin d’imaginer ce qui les attend. L’impensable est arrivé. Le dilemme auquel ils sont confrontés est totalement insensé et la famille de Jeanne, en apparence si soudée, commence à se déchirer autour du corps de la jeune femme…

Et les vivants autour, c’est une histoire de drame familial, comme je les aime. Je ne me retrouve absolument pas dans ces romans ; ils ne font écho à aucun événement ou drame personnel passé ; mais ils me fascinent. D’ailleurs, John Hart, qui est mon écrivain préféré (côte à côte avec Jax Miller) est le maître incontesté (à mon goût), lorsqu’il s’agit de disséquer les liens familiaux et d’en faire une intrigue (Ellory est très bon dans ce domaine-là également). Il y a de ça chez Barbara Abel, il y a totalement de ça dans Et les vivants autour. La famille, les liens, les secrets, les mensonges, les drames, etc. sont au cœur de l’intrigue, de son avancée et de son dénouement.
Au centre du roman : Jeanne. Jeanne dans le coma, personnage aussi central qu’il est inexistant, est la pièce maîtresse de la partie d’échec(s). Autour d’elle, ceux qui survivent, espèrent ou attendent, brodent l’histoire, la renversent ou la modifient. Barbara Abel parle de ceux qui restent, de la famille qui endure le coma d’un proche, refuse d’abdiquer, confrontée parfois à leurs propres valeurs. Dure réalité, doux mensonges, apparences souvent très trompeuses ; tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce roman un formidable drame familial. J’ai retrouvé la Barbara Abel que j’ai tant aimée dans certains romans, sa simplicité d’écriture et la complexité de ses thrillers qui ne jouent pas uniquement sur le suspense et les (fausses) révélations, mais sur les émotions et les sentiments, et qui, surtout, font vivre les personnages, encore plus vrai dans ce roman-ci qui reste, à mes yeux, le meilleur de Barbara Abel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s