Nul doute que Les oubliés s’oublieront vite

Les oubliés de John Grisham

J’aurais déjà dû parler de John Grisham sur le blog, malheureusement je n’ai pas accroché avec La sentence, sorti l’année dernière, et je ne l’ai jamais fini. Dès le départ, j’avais une idée du dénouement, du pourquoi un meurtre avait été commis et plus l’intrigue se déroulait, moins j’étais surprise. J’ai lâché l’affaire convaincue que je n’éprouverai aucun plaisir à découvrir le dénouement, car là est tout l’intérêt, pour moi, de lire un thriller : être surprise et entourée de suspense du début à la fin. Or, aucun suspense ne s’est mis en place, aucune tension, rien, durant les pages lues, et relues, puisque j’ai donné plusieurs chances à La sentence. Lorsque, tout de même curieuse, j’ai demandé à mon entourage le dénouement de cette intrigue, c’est sans grande surprise qu’on me l’a révélée. En lisant Les oubliés, les soucis que j’avais eus avec La sentence et la façon de faire de l’auteur ont ressurgi, et je ne suis vraiment pas certaine de relire l’auteur.

À Seabrook, petite ville de Floride, le jeune avocat Keith Russo est tué à coups de fusil alors qu’il travaille un soir dans son bureau. L’assassin n’a laissé aucun indice. Aucun témoin, aucun mobile. Mais la police trouve bientôt un suspect, Quincy Miller, un homme noir et ancien client de Russo.
Quincy est jugé et condamné à une peine de réclusion à perpétuité. Pendant vingt-deux ans, il se morfond en prison et ne cesse de clamer son innocence. Il n’a pas d’avocat, personne pour le défendre. De désespoir, il écrit une lettre aux Anges Gardiens, une fondation où travaille Cullen Post, avocat et ancien pasteur de l’Église épiscopale.
Les Anges Gardiens n’acceptent que très peu d’affaires. Post sillonne le pays pour tenter de réparer les erreurs judiciaires et sauver des innocents. Le cas de Quincy Miller, toutefois, représente un défi d’une tout autre nature. Des gens puissants, violents et sans pitié ont assassiné Keith Russo, et ils ne veulent pas voir Quincy Miller disculpé.
Ils ont tué un avocat il y a vingt-deux ans, ils en tueront un deuxième sans hésitation.

On va faire simple et très rapide. Ce qui a sauvé Les oubliés tient en un mot : juridique. L’intrigue possède un pan juridique très attractif, qui quelque part a su me convaincre. Certes, le rythme de ce genre de thriller n’est pas le même que celui d’un thriller plus classique : le suspense y est bien différent ; les personnages souvent moins sombres et les décors se ressemblent tous puisqu’on évolue dans un monde juridique fait de salles d’audience notamment, mais je trouve un charme certain à ces thrillers (ceux de David Ellis notamment), et donc aux Oubliés. J’ai évidemment beaucoup aimé le personnage principal, Post, ainsi que « l’enquête » menée pour un petit groupe d’avocats cherchant à faire libérer les prisonniers qui n’auraient jamais dû se retrouver dans cette situation : les anges gardiens.
Malheureusement, Les oubliés a les mêmes faiblesses que La sentence, notamment en ce qui concerne son intrigue. Tout est prévisible, car ce qui compte le plus, je pense, n’est pas la fin, mais la façon dont on arrive à cette fin dont les grandes lignes sont facilement devinables dès le départ. Mais après tout, pourquoi pas ? On ne lit pas un livre uniquement pour sa fin, et nombreux sont les romans dont la fin est inévitable, prévisible, parfois nous connaissons le dénouement dès le départ, sans que cela n’affecte le plaisir que l’on éprouve à lire ledit roman. Il y a tant d’autres choses à découvrir et savourer dans un bouquin que la plupart du temps on n’y fait même pas attention. Mais lorsque tout ce qui se trouve entre un prologue et une fin ne convainc pas, c’est plus problématique et c’est le souci que j’ai eu avec ce roman (et La sentence).
Le chemin est long, et lent ; l’auteur emprunte parfois des sentiers inutiles qui prolongent une scène de quelques lignes (parfois pages) alors que ça n’était vraiment pas nécessaire, et globalement, j’ai trouvé l’intrigue et les faits trop étirés alors qu’on aurait facilement pu retirer cent pages à ce bouquin. Les idées sont bonnes, très bonnes même pour La sentence, mais il ne suffit pas d’une bonne idée. Le rythme est linéaire, les personnages très peu développés en définitive, quant à l’écriture, elle n’a rien apporté de plus, au contraire je l’ai plutôt trouvée froide.

La conclusion de cet article sera simple et très rapide également : je n’ai pas accroché et les intrigues de John Grisham manquent un peu d’âme et de vie pour que je puisse totalement adhérer.

12 commentaires sur « Nul doute que Les oubliés s’oublieront vite »

    1. C’est un auteur beaucoup apprécié, presque un incontournable quand on parle de thriller, apprécié par beaucoup donc, mais pas forcément par moi 🤣 Comme d’habitude j’ai envie de dire… 🙃

      Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai qu’il semble y avoir un grand thème commun 😊 Ma mère a presque enchaîné Les oubliés après La sentence et a aimé les deux. Ce n’est sûrement pas un auteur pour moi et puis voilà ^^

      J'aime

  1. Je pense que la force et le talent de Grisham ne résident en effet pas dans le suspens, mais il navigue dans le système judiciaire américain avec aisance et cela m’apprend toujours énormément de choses. Il est parfois clinique et froid, mais les sujets qu’il traite sont tellement lourds qu’il fait bien de ne pas en rajouter. Effectivement, ces livres du début sont un peu plus remarquables, mais c’est globalement un auteur que j’adore, et pourtant je comprends très bien ce que tu lui reproches, qui est justifié.

    Aimé par 1 personne

    1. Il se pourrait que je tente un de ses anciens romans. Ma maman ayant beaucoup aimé les deux cités dans cet article, je lui en ai pris un autre pour la fête des mères, moins récent. Alors je verrai si je pioche dans sa bibliothèque ou pas 😊 Le système judiciaire est censé me plaire, j’adore ça, alors ça se pourrait que je ne lâche pas aussi vite ^^ On verra !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s