Vers un réabonnement ?

Curiouz n°9 : le magazine de Fabien Olicard

Voilà bien longtemps que je n’avais pas parlé de Curiouz, le magazine de Fabien Olicard. Il faut dire que mes articles sur les trois premiers numéros commençaient à se ressembler (je n’ai d’ailleurs jamais publié le dernier), et que les réserves que j’avais émises au départ sur plusieurs petits points, ce sont peu à peu dissipées, balayées par l’application avec laquelle l’équipe fait évoluer ce magazine. En définitive, parler de chaque magazine revenait à énumérer les mêmes arguments dans chaque article. J’ai donc décidé d’arrêter les publications concernant chaque numéro, sans pour autant exclure l’idée d’y revenir lorsque l’envie se ferait sentir. Le grand jour est arrivé.

Quoi de neuf du côté de chez Curiouz ?

Le mois dernier, nous avions eu droit à un numéro spécial Dracula, et déjà, j’avais trouvé le tournant assez radical et plutôt inattendu. J’avais réceptionné et découvert ce numéro avec un peu plus d’enthousiasme que d’habitude, surprise et pressée de découvrir son contenu.
Bien qu’intéressants, je trouvais les numéros et sujets jusqu’à présent assez orientés, collant (trop) parfaitement à l’image que j’ai de Fabien Olicard. Aucune surprise à découvrir des sujets traitant le cerveau, la manipulation ou le mentalisme, et les Unes ne m’étonnaient à peine. C’est aussi pour cela que je me suis abonnée à ce magazine, soyons honnête : parce que je connaissais les goûts de la personne à l’origine du magazine grâce à sa chaîne YouTube, et que ses vidéos pouvaient être passionnantes suivant les sujets qui m’intéressaient plus ou moins. Mais j’espérais aussi me faire surprendre.

Voilà bien longtemps que je n’avais pas tenu un magazine avant mon abonnement à Curiouz cette année. Il faut savoir que j’ai un rapport particulier avec le magazine, que j’ai côtoyé durant de longues années d’études et qui était donc très orienté opinions, politique, marketing et économie. Point de divertissement là-dedans puisque les magazines complétaient mes cours et permettaient d’étayer mes devoirs et mes propres opinions.
Avec Curiouz, j’ai redécouvert la sensation de feuilleter un magazine par pur plaisir ou envie. La dernière fois que ça m’est arrivé, je devais encore être au lycée, avalant les interviews de stars et autres potins. M’abonner à Curiouz était une façon de revenir au magazine via une valeur sûre que je connaissais déjà, et dont le contenu pouvait potentiellement m’intéresser. Avec le temps, et le numéro consacré à Dracula notamment, les sujets se sont diversifiés et je me suis sentie de plus en plus à l’aise avec ce magazine.

Cela dit, le numéro 5 de juillet/août avait déjà laissé entrevoir quelque chose de différent avec sa couverture très Playmobilisée et des sujets qui semblaient aller vers autre chose, disons moins nichés.
Je n’exclus cependant pas le fait que j’aie pu moi-même faire une fixation sur les sujets qui ressemblaient beaucoup à Fabien Olicard dans les précédents numéros et couvertures, alors qu’en réalité, il se diversifie depuis le début. Cependant, si c’est le cas, je trouve que c’est bien plus flagrant avec le temps, et surtout dans ce numéro 9 qui me donne l’occasion de reparler de ce magazine, en vous encourageant à ne serait-ce qu’envisager un abonnement. Mais qu’a donc Curiouz que d’autres magazines n’ont pas ? Est-ce le magazine parfait ? Y apprend-on vraiment des choses, et est-ce qu’il vaut le coup de s’abonner ?

Oui, des coquilles se baladent dans le magazine, et ce sera l’un des rares points négatifs de cet article : des coquilles que même un correcteur gratuit tel que Scribens corrige, correcteur qui, à raison, ajouterait et supprimerait des virgules, mais tout de même, le magazine reste très propre et très bien illustré. C’est quelque chose dont je n’ai pas trop parlé mais qui me plaît beaucoup, car j’ai toujours du mal avec les magazines qui n’ont que du texte, alors que l’image peut tout aussi bien être percutante et faire passer un message bien plus facilement que des mots, voire appuyer une idée. Le magazine est une façon de lire très différente du roman, et j’apprécie y trouver des illustrations, même si elles sont nombreuses. Tant qu’elles ne dévorent pas le texte et le propos, ça me convient très bien.
En plus des illustrations, Curiouz est un magazine coloré et organisé, agréable à feuilleter et à lire. Avec du recul, je ne crois n’avoir jamais autant apprécié le magazine qu’avec ce format-là précisément, d’autant plus qu’on va à l’essentiel en grattant tout de même.

Si je voulais reparler de ce magazine sur le blog aujourd’hui, c’est parce qu’il se bonifie avec le temps, qu’on y apprend beaucoup de choses et que ce numéro 9 m’a particulièrement parlé. Je l’ai dévoré en une soirée alors que j’essaye de faire durer chaque magazine pour que chacun continue de vivre. Il faut dire que certains concepts poussent à cela, avec des sujets scindés en deux parties que l’on retrouve dans deux magazines : j’ai tendance à garder ces sujets au chaud pour enchaîner les deux articles et avoir ainsi le sujet complet en une fois, mais chacun peut bien choisir de faire différemment.
Curiouz ne sera jamais parfait, car chacun voit la perfection d’un œil différent et peut-être n’a-t-il rien de bien original aux yeux de certains ou d’habitués du magazine. Cependant, je trouve que ce magazine est un bon compromis entre divertissement et connaissance, puisqu’il apporte de façon équitable les deux, sans être dans l’excès. En définitive, on passe un bon et on apprend sans s’en rendre compte.

Vers un réabonnement ? Oui, s’il y a « saison » deux. Je trouve que ça vaut vraiment le coup et que Curiouz apporte une petite touche personnelle très agréable.

10 commentaires sur « Vers un réabonnement ? »

    1. C’est vrai qu’il faut caser la lecture du magazine dans son emploi du temps. Cela dit, ça reste un magazine court, avec des articles qui se lisent vite, et du coup, on peut y revenir, le laisser, y revenir, etc. Fabien Olicard réfléchit au moyen de rendre accessibles les anciens numéros, ça peut être une bonne façon de découvrir le magazine si l’achat à l’unité devient possible, surtout si le sujet de la une intéresse 😉

      Aimé par 1 personne

Répondre à Light And Smell Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s