Au fil de mes lectures : Mon top 10

Récemment je me suis dit que ça serait intéressant pour moi de faire un top 10, histoire de voir où j’en suis, si mes goûts ont évolué, vers quoi je dois aller, quels risques je dois prendre, quels livres je peux tenter. À la fois pour sortir de ma zone de confort et être confrontée à des styles et des genres vers lesquels je ne vais pas forcément, et à la fois pour être sûre de mes choix lorsque je cherche un livre censé me plaire, sur des critères sûrs. C’est quelque chose que je fais très régulièrement dans mon coin, et que je partage parfois sur Facebook, rien de plus.
Il y a quelques semaines, j’ai échangé avec un(e) lecteur(trice) sur Babelio à qui j’ai répondu aux demandes de conseils suite à un échange autour d’un livre que nous avons apprécié pour les mêmes raisons. J’ai trouvé le principe sympa dans le sens où l’on est plus susceptible de dénicher des conseils de lecture qui vont nous plaire lorsqu’on échange avec une personne avec qui on partage les mêmes goûts – et à défaut d’avoir les mêmes goûts, au moins des lectures qui nous ont plu en commun.
L’idée du top 10 est partie de là. Est-ce que si on a aimé un des livres de ma liste, on les aimera tous ? Certainement pas. Si je pense cette liste cohérente, les livres et auteurs sont néanmoins très différents ; leur point commun est probablement les différentes nuances de noirceur et de drame qui habitent chacun des ouvrages ou bibliographie dont je vais vous parler aujourd’hui.
Spoil : il n’y aura pas de douceur.
Spoil² : les images ci-dessous ne sont qu’un échantillon du contenu de l’article, mais résument bien l’ensemble.


10🌺 Adam Nevill (sauf Appartement 16)
Adam Nevill et moi, c’est l’histoire d’une rencontre et d’une histoire qui dure depuis deux ans. Seul rescapé de ma période horrifique et fantastique, Adam Nevill est le seul auteur de ce genre que je conseille et que je défends lorsque les lecteurs découvrent l’auteur avec Appartement 16 et le classe comme écrivain à ne jamais relire. Car Appartement 16 est très mauvais, de l’histoire à la traduction en passant par l’ambiance. Il n’y a rien à sauver dans ce roman et les lecteurs de Nevill sont majoritairement d’accord là-dessus, surtout les lecteurs anglais et/ou américains. La chronique étrangère n’a pas été tendre avec ce roman, et c’est franchement mérité.
Oui mais voilà, Adam Nevill c’est aussi Le rituel (dont l’adaptation est disponible sur Netflix) et Derniers jours (ou Le temple des derniers jours en version Poche), et il aura suffi de deux romans pour faire de Nevill un de mes incontournables qui, même s’il me déçoit avec d’autres romans dans le futur, aura toujours sa chance et sa place dans ma bibliothèque. On n’est pas à l’abri d’un Appartement 16 bis, et j’en suis bien consciente. Si j’ai tant aimé les deux autres romans, c’est parce que Nevill, à mon avis, est un des meilleurs avec les ambiances dans ce genre littéraire. Bon, il est moins fort avec les fins, mais les ambiances, franchement, j’ai adoré. Derniers jours a une atmosphère poisseuse, angoissante et très sombre du début à la fin, qui a été déterminante dans la façon dont j’ai vécu cette histoire surnaturelle et les frissons qui ont accompagné ma lecture. Le rituel joue parfaitement avec la chose qui rôde dans la forêt en évitant la surenchère inutile, et cette tension constante qui fait battre les cœurs. Aujourd’hui encore, j’ai des scènes qui me restent, mais c’est surtout l’ambiance qui m’habite.

J’ai tendance à mettre les lecteurs en garde lorsque je parle de lectures horrifiques et fantastiques, puisque j’ai lâché le genre et que je ne suis pas réceptive à la plupart des auteurs. Stephen King, Graham Masterton, Peter Straub, sont des auteurs que j’ai lus, parfois appréciés (la plupart du temps, pas du tout dans ce genre-ci), et que je n’ai désormais plus envie de lire. À l’inverse, j’adore Nevill. Voilà où je me situe.

9🌺 David Ellis
On commence déjà à doucement se diriger vers les auteurs et/ou livres qu’il a été le plus difficile de départager et pour cause, même en ayant mes préférés chez Ellis, j’ai aimé tous ses romans juridiques. Romans qui reprennent d’ailleurs les personnages de l’un à l’autre, faisant ainsi d’un personnage secondaire dans un roman, un personnage principal dans un autre. J’ai adoré découvrir cette grande famille et, clairement, David Ellis sait narrer ses histoires. Plus que les intrigues, c’est parfois la façon dont elles sont écrites que j’ai préféré. Bien sûr, il faut apprécier le juridique, cela va de soi.
Attention donc avec Ellis, certains personnages sont repris d’autres livres, certains livres font référence à des événements passés dans les livres précédents, et surtout, il y a parmi ces livres, une série !
Série Jason Kolarich : Caché (1), La conspiration Kolarich (3) – les livres 2 (Breach of trust) et 4 (The last alibi) ne sont pas traduits.
Pour le reste, je conseille de lire dans l’ordre de parution à savoir La comédie des menteurs, puis 16 ans après qui reprend un personnage secondaire du premier, qui sont pour le moment, les seuls traduits. Il existe également quelques romans coécrits avec James Patterson que je n’ai pas encore lus.

8🌺La dame n°13 de José Carlos Somoza
Je n’ai à ce jour lu qu’un seul roman de cet auteur, d’autres attendent dans ma PAL, mais j’avoue redouter l’instant de le relire tant La dame n°13 est pour moi un des meilleurs livres que j’ai pu lire (un de ceux que j’offre d’ailleurs). Le choix des mots et surtout leur portée, est quelque chose qui me parle particulièrement. Parce qu’un mot a un sens, parce que l’utiliser à bon escient est parfois primordial, le sujet me passionne vraiment. Il y a de ça dans La dame n°13 puisque ce roman fantastique met en scène des dames capables de tuer avec des mots en les utilisant correctement. Ce roman a été une révélation et j’ai adoré qu’un écrivain aborde le thème des mots et leur utilisation dans un contexte fantastique passionnant.
À noter qu’il existe une adaptation à ce roman : La muse. Un film que j’ai vu mais qui est loin d’égaler le roman.

7🌺 Marcus Malte
L’unique auteur français trouve sa place en septième position et c’est un peu une surprise de le trouver si loin, tant j’aime lire Marcus Malte. Pourtant, dès le premier ouvrage lu de cet auteur, Malte devenait déjà incontournable. Il est et reste à ce jour l’auteur français que je considère comme le plus talentueux. Peut-être son écriture écrase-t-elle parfois les intrigues, c’est ce qu’on lui reproche le plus, finalement ; l’écriture oui, les intrigues peut mieux faire. En ce qui me concerne, je conçois l’argument sans le partager, même si ça peut être un peu vrai pour son petit dernier Aires.
Il me reste quelques romans à lire de l’auteur, de jeunesse et policier, mais je sais que certains livres et genres me plaisent moins que d’autres avec cet écrivain. Autant je l’adore dans le roman noir et la littérature générale, autant lorsque l’écriture est adoucie pour le roman jeunesse ou le policier, j’apprécie un peu moins. Car Marcus Malte est avant tout, pour moi, une écriture.

6🌺Appelle-moi par ton nom d’André Aciman
Si un jour on m’avait dit qu’une romance se trouverait dans mon top 10, jamais je ne l’aurais cru. Et pourtant, c’est une évidence. Appelle-moi par ton nom est une beauté inégalable, toute en authenticité, émotions et sensibilité. Une histoire d’amour aussi belle que déchirante, qui encore aujourd’hui me tord le ventre lorsque j’y pense, comme si cette relation avait été la mienne, comme si j’avais vécu cet amour éphémère, mais intense. Probablement ma meilleure lecture de l’année 2019. La suite est sortie, et même si les retours sont bons, je ne pense pas m’y atteler tout de suite. Les retours étrangers, eux, sont assassins à l’égard de cette suite qui en fait, n’en serait pas du tout une et c’est un peu ce que je redoute.
Une fois encore ce roman a été adapté sous le titre original Call me by your name : là aussi, le film ne reflète pas totalement le roman, mais il reste assez fidèle, notamment dans les dialogues.

5🌺Les incurables de Jon Bassof
Rares sont les livres offerts qui vont faire partie de ce top 10 : Les incurables sera le seul. Il faut dire que d’un livre à un autre je peux aimer et détester les mêmes choses, suivant comment c’est dit et construit, et que choisir un bouquin à m’offrir doit être un réel calvaire. Pourtant, Odehia Nadaco (dont je vous conseille les livres 🔎) a sacrément eu le nez creux en choisissant ce livre, qui m’a permis de flirter avec la folie, la psychiatrie et la démence, et de plonger dans une nuance de noirceur que je n’ai jamais retrouvée depuis. Un roman fort et noir qui a été le début d’une belle histoire avec la maison d’édition Gallmeister, j’en veux pour preuve, la suite de ce classement.
Les incurables m’a profondément marquée de son ambiance et sa noirceur : un livre à relire sans aucun doute !

4🌺Le diable en personne de Peter Farris
Ce roman est le second que je lis de l’auteur et sûrement pas le dernier. Écrivain lui aussi édité chez Gallmeister, Peter Farris offre avec Le diable en personne une histoire à la fois dure et tendre, l’histoire d’une rencontre entre un vieil homme taré, dit le diable, et une jeune prostituée, réchappé d’une tentative d’assassinat. De ce roman, dégouline deux facettes opposées de l’humanité, renforcés par le charisme des personnages qui, de Mexico le tortionnaire à Léonard le sauveur, ont tous marqué l’intrigue de leur empreinte. Un roman que je conseille vivement si l’on aime le genre, en duo avec le roman suivant de ce classement.

3🌺Satan dans le désert de Boston Teran
Ce qui m’a séduit dans ce livre et qui m’a poussée à me le procurer, c’est cette histoire de secte et de gourou, sujet que je consomme un peu à outrance, fascinée par le charisme des uns, la crédulité des autres, et toute la mécanique de l’ensemble. J’étais cependant loin d’imaginer ce que j’avais entre les mains en commençant ce roman qui s’est avéré d’une rare intensité et pour cause, Satan dans le désert ne se contente pas de construire son histoire au cœur d’une secte dont le gourou abjecte dégoutterait le lecteur jusqu’à l’épuiser totalement, histoire de le marquer avec de la surenchère et du choquant bien travaillés en amont pour faire le boulot. Ouh là là non, ce livre est bien plus que cela, à commencer par ce duo surprenant de Bob et Case dont les rôles normalement stéréotypés s’inversent. Ici, pas de bonhomme au mental d’acier et de nana en sucre qui chiale toutes les trois pages. À eux deux, Bob et Case renversent les codes et vont devoir retrouver un enfant kidnappé et se frotter à la secte de Cyrus, un gourou que j’ai adoré détester !

2🌺Jax Miller
Jax Miller, c’est quoi ? Une autrice américaine qui excelle dans les romans noirs, aux intrigues riches, aux personnages tiraillés et fêlés, le tout dans un joyeux bordel organisé qui envoie grave du pâté. Décrire l’univers de l’autrice revient un peu à gâcher la surprise de ce que ce bout de femme pétillante est capable d’écrire : tout l’inverse de son image sur les réseaux sociaux. D’accord, c’est bien pratique comme excuse pour éviter de dire que je suis bien incapable de poser les mots pour vous détailler cet univers. C’est sombre, noir, pessimiste parfois, tout ne finit pas bien et si on veut sourire et se marrer, autant passer son chemin. Les personnages plus vrais que nature sont d’une force incroyable, les intrigues marquent, les scènes vivent, les romans dansent. Une autrice qui a complètement bouleversé ma façon de lire et mes goûts, qui m’a fait connaître le roman noir tel que je l’apprécie, la lecture telle que je la cherche. Jax Miller est une reine à mes yeux et il me tarde de lire son prochain roman !

1🌺John Hart
On s’écarte un peu du roman noir pour la première place du podium, avec un auteur plus grand public dans le sens où la noirceur n’est pas ce qui prime dans ses thrillers. La cour de récréation de John Hart, c’est le drame familial dont il extrait le jus dans chaque roman. J’ai souvent parlé de cette sensation de famille, chez Hart ; le sentiment que les personnages sont liés entre eux, les romans dépendant les uns des autres (sans être des suites, rien à voir), le tout formant un ensemble cohérent et juste. Les romans sont peut-être moins intenses que les autres mentionnés dans cet article, mais quel pied à chaque fois tout de même !
Un auteur thérapie qui sait me parler, me soigner de toute panne de lecture et surtout, qui me fait vivre et du bien à l’âme. Ma valeur sûre, même si Le roi des mensonges est bien en deçà des autres je trouve. J’attends le prochain avec grande impatience !

Pour les plus courageux d’entre vous, vu que je sais à quel point c’est compliqué, j’attends vos top 10 😁

2 commentaires sur « Au fil de mes lectures : Mon top 10 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s