Jenni Fagan – Les buveurs de lumière

2020. Le monde entre dans l’âge de glace, il neige à Jérusalem et les icebergs dérivent le long des côtes. Pour les jours sombres qui s’annoncent, il faut faire provision de lumière – neige au soleil, stalactites éclatantes, aurores boréales.
Dylan, géant barbu et tatoué, débarque au beau milieu de la nuit dans la petite communauté de Clachan Fells, au nord de l’Écosse. Il a vécu toute sa vie dans un cinéma d’art et essai à Soho, il recommence tout à zéro. Dans ce petit parc de caravanes, il rencontre Constance, une bricoleuse de génie au manteau de loup dont il tombe amoureux, et sa fille Stella, ex-petit garçon, en pleine tempête hormonale, qui devient son amie. Autour d’eux gravitent quelques marginaux, un taxidermiste réac, un couple de satanistes, une star du porno.
Les températures plongent, les journaux télévisés annoncent des catastrophes terribles, mais dans les caravanes au pied des montagnes, on résiste : on construit des poêles, on boit du gin artisanal, on démêle une histoire de famille, on tente de s’aimer dans une lumière de miracle.


🗨À l’écran, on voit des personnes qui font la queue dans un aéroport, des gens qui dorment dans des fauteuils, une femme enceinte qui se frotte le ventre et tout le monde a l’air inquiet. Les informations laissent place à un bulletin météo. L’homme tend le doigt à mesure qu’il révèle le temps qu’il va faire en Europe, en Afrique et dans certaines parties de l’Amérique ; des alertes rouges partout et un bandeau de flashs qui défile en bas de l’écran – des vols sont annulés dans toute l’Europe. Les températures vont chuter plus vite que prévu. Le sud de l’Angleterre est déjà en difficulté. La Tamise étincelle, entièrement gelée.

Dans un contexte de fin du monde dans lequel les températures baissent considérablement, les icebergs dérivent et l’hiver s’installe un peu trop à son aise, nous faisons la connaissance de Dylan qui hérite d’une caravane installée dans un parc à caravanes à Clachan Fells, que sa défunte mère a achetée avant de mourir. Pourquoi ici précisément ? le récit nous le relèvera. Dans cette petite bourgade écossaise qui semble perdue et loin de tout, Dylan va faire la connaissance de Stella, une adolescente transsexuelle, et sa mère Constance. De cette rencontre va naître une touchante histoire : Les buveurs de lumière de Jenni Fagan.

En définitive, que raconte donc ce livre ? Dire qu’il raconte le quotidien banal d’un type qui fait ses premiers pas à Clachan Fells parmi ses habitants tous atypiques et ses traditions, peut sembler barbant. Moi-même, je n’aurais pas forcément été vers ce livre si on m’en avait parlé en ces termes, et pourtant c’est un peu ce qu’il raconte et c’est ce que j’ai aimé. Vraiment aimé !
Ce roman a une ambiance particulière, sombre et intimiste, avec un arrière-plan très pessimiste car malgré l’espoir de certains, ben on est dans une ère glaciaire, les températures frôlent les -6° au départ et vont très rapidement baisser, et l’on retrouve régulièrement des corps gelés. Et malgré tout, on s’attache à Clachan Fells et ses personnages atypiques, et c’est finalement une chouette histoire qui ressort de tout ça.
Cette petite ville avec ses habitants étranges ont trouvé grâce à mes yeux. Je l’ai trouvé charmante et propice à une intrigue qui m’a permise de me sentir proches et intimes avec les personnages, pas tous nets, pas tous cloîtrés dans un cadre propre et sage dans lesquels ils sont très souvent enfermés en littérature. Chacun a quelque chose à raconter, à montrer, à dire ou à apporter, et finalement, l’ensemble plutôt plat – entendez par là, sans rebondissement, sans action, sans scènes qui coupent le souffle – n’en est pas moins plaisant. Et plaisant, ce livre l’est vraiment beaucoup.

Si tous les personnages ont leur particularité et leur lumière qui brille dans le noir, Constance est le personnage qui m’a le plus épatée. C’est une femme qui assume ses choix de vie, malgré les on-dit, les cancans et les préjugés. Mais elle assume aussi les choix de son enfant, et surtout les défend ! Cet enfant qui a décidé de faire éclore son âme de femme coincée dans un corps d’homme. À ce sujet, il y a de très jolies scènes qui remettent des pendules à l’heure, et si on met l’accent sur l’intolérance des uns, on n’en oublie pas pour autant les peurs, les joies, la souffrance et le bonheur de ceux qui subissent ce changement de corps sous le regard plus ou moins bienveillant des autres qui, même dans un contexte de fin du monde, ne savent pas comprendre certaines choses.

Il ne faut pas s’attendre à un roman de type survie même s’il y a pas mal de débrouille ; ce n’est pas du tout le sujet même si la fin du monde plane au-dessus des têtes avec la menace du froid qui toque aux portes et fenêtres. Ce roman est presque un huis-clos qui va explorer les maisons, les quotidiens, les âmes, et nous montrer l’ensemble avec simplicité et efficacité. Il y a des sujets forts traités en fond ou carrément en premier plan ; la transsexualité, oui, ceux qui ne peuvent rien supporter et au contraire, les autres qui poussent chacun à être soi-même ; on y parle aussi secret de famille, désamour, espoir, et sous la couche de neige, se cache une chaleur humaine très présente dans ce roman.
Je me suis fondue dans le décor et cet atmosphère glacials. Je suis effectivement entrée dans les caravanes, j’ai observé les gens et leurs vies, et j’ai trouvé l’ensemble très touchant, authentique, sincère. J’y ai trouvé de la noirceur, un peu, de la beauté aussi, mais surtout, beaucoup de personnages marquants et une pointe de sentimental qui ne m’a pas déplu, loin de là. C’est rafraîchissant et sombre à la fois, et j’ai beaucoup aimé.

Un commentaire sur « Jenni Fagan – Les buveurs de lumière »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s