Amélie Nothomb – Soif

41YOjSnYKNL._SX323_BO1,204,203,200_

 


Quatrième de couverture : « Pour éprouver la soif il faut être vivant ».
Bien. Parfait. Parlons donc de Soif, d’Amélie Nothomb.


Compte tenu de certains retours suite à ma première chronique parlant d’un livre d’Amélie Nothomb, j’avais décidé de garder mon avis sur Soif bien au chaud, à l’abri des regards. Cependant, je trouvais dommage de ne pas parler de Soif sous prétexte que certains retours sur ma derrière chronique étaient piquants, pour l’unique raison que je n’ai pas aimé ce livre. C’est pourtant la décision que j’avais prise au départ : ne plus jamais parler d’un Nothomb sur mon blog. Mais comme vous pouvez le voir, Stupeur et tremblements n’a finalement pas signé mon désintérêt pour l’auteure comme j’ai pu le dire en conclusion de ma précédente chronique↗. Si le sujet de Soif – la crucifixion de Jésus version Nothomb – m’avait déjà tapé dans l’œil avant de lire Stupeur et tremblements, j’avoue que mon intérêt s’est accru lorsque j’ai croisé le roman en faisant mes courses.

Une petite précision (nécessaire) : j’ai décidé de lire Soif dans les mêmes conditions que Stupeur et tremblements, c’est-à-dire un jeudi, en une journée, en « utilisant » ce livre pour combler une journée en attendant de commencer un livre fraîchement reçu le lendemain. J’ai fait ce choix afin d’avoir une expérience de lecture similaire et pouvoir affiner mon avis en ayant lu les deux livres de la même façon, avec les mêmes contraintes et état d’esprit.

Je ne vais pas revenir sur le fait que ce roman manque à nouveau de profondeur et de substance, tout comme Stupeur et tremblements. Mais on y reviendra dans la conclusion pour nuancer le propos, car cette fois-ci, il y a plein de « mais » pour contrer le négatif.
Soif est original. Audacieux. Drôle. Ce roman est une prise de risque presque inconscient et cependant, je ne doute absolument pas de l’état de conscience de son autrice – certains l’accusent même de profiter du sujet, ce n’est pas mon avis mais j’entends l’argument, ça se défend. Le risque de perdre une partie de son lectorat, de se mettre à dos une communauté, de décevoir même peut-être, sont sûrement des possibilités. C’est cette prise de risque qui, moi, m’a attirée. Revisiter la crucifixion de Jésus en changeant de point de vue, en se mettant dans la peau du crucifié, en y apportant un peu d’humour et en modifiant l’Histoire quitte à bousculer les faits a priori acquis, il fallait oser. Surtout lorsqu’on s’appelle Amélie Nothomb.
Le récit est décalé, certaines expressions ou tournures de phrases hors de propos (et ça a d’ailleurs été souligné par beaucoup de lecteurs), mais étonnement, ça ne m’a pas du tout dérangée : j’ai trouvé que ce côté contemporain qui contraste tellement avec l’époque, le lieu et les événements qui se déroulent, ainsi que le caractère sacré de l’histoire de base, apportait une vraie touche d’humour, qui peut déranger c’est certain, mais c’est aussi pour ça que je l’ai bien aimé ce livre, même si tout n’est pas parfait.

Cette fois-ci, je n’ai pas eu besoin de chercher mes points positifs pour cette chronique courte. J’ai adoré le début de ce roman que j’ai trouvé très drôle et qui place les miraculés de Jésus en tant que partie plaignante à son procès. J’ai adoré la fin. Certes, j’ai un peu décroché pendant quelques dizaines de pages (et ça fait beaucoup finalement compte tenu du nombre de pages total, je vous l’accorde) sûrement trop perchées pour moi, ou bien, j’ai raté les références. J’ai trouvé un peu plus de profondeur dans ce livre-ci ; dans les idées, les faits et l’histoire. Aussi, dans ce que l’autrice raconte, les façons dont ça peut être interprété et les pensées que ça a créé chez moi. Et je crois que, cette fois-ci, il n’y avait pas plus à dire, même si ça reste très léger à mes yeux.

Soif sur Amazon
thumbnail (3)

2 commentaires sur « Amélie Nothomb – Soif »

  1. Je pense toujours que son style est tellement particulier qu’il est assez normal de trouver des avis diamétralement opposés ! Tant que c’est dit avec respect, on n’a pas à s’excuser de ne pas avoir aimé un livre !
    C’est bien quand même d’avoir retenté l’expérience, d’autant que le résultat est plus nuancé 😏

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s