David Ellis – La comédie des menteurs

51WWynAZ15L._SX338_BO1,204,203,200_.jpg


Racontée à rebours, depuis sa conclusion énigmatique jusqu’à son brillant commencement, La comédie des menteurs est l’histoire d’une femme, Allison Pagone, qui passe en jugement pour meurtre. Prise entre deux feux, un procureur qui veut l’envoyer dans le couloir de la mort et une agente du FBI qui pense pouvoir l’utiliser contre sa famille pour déjouer un complot terroriste, Allison ne pense qu’à une seule chose : protéger sa fille et son ex-mari, qui semble pourtant avoir des choses à se reprocher. C’est quelques instants après sa mort que nous découvrons Allison pour la première fois. Après quoi la narration remonte le temps, comme dans le célèbre film Memento : une heure plus tôt… la veille… de plus en plus loin dans le temps, jusqu’à ce que, parvenus au commencement, nous puissions comprendre ce qui s’est passé et, de manière plus inattendue encore, ce qui ne s’est pas passé…


Plus qu’un engouement général ou des retours très positifs généralisés, c’est avant tout la passion avec laquelle un lecteur me parle d’un livre ou d’un auteur, qui me donne envie d’acheter un roman ou de découvrir un écrivain.
Je ne saurais pas vous redire de quelle façon on m’a vendu La comédie des menteurs, mais il y a dans cette affaire, une histoire de partage et d’échange entre lecteurs. Je remercie Chris, dont vous pouvez retrouver les chroniques chez Tomabooks, pour cette découverte.

J’ai été spoilée. En préparant mon article, une fois est coutume, je n’ai pas su faire comme si je ne voyais pas la première ligne du résumé en le copiant-collant. Et forcément, j’ai vu que cette histoire est construite à rebours, c’est-à-dire en partant de la fin. Petit spoil me direz-vous, qui ne dévoile en fait rien du tout, si ce n’est la construction insolite de ce roman. Insolite pour moi, puisque c’est la première fois que je lis un roman avec cette construction, mais sûrement pas insolite pour ceux qui ont déjà eu affaire à cette façon de faire. Alors pourquoi spoiler à mon tour ? Parce que j’imagine que certains lecteurs sont dans le même cas que moi et que, tout comme moi, ils vont appréhender la lecture. Ma première réaction a été de me demander ce que pouvait m’apporter un livre en sachant dès le départ vers quoi l’auteur va m’emmener.
Que les frileux du principe soient rassurés, le fait que l’on sache vers quoi l’on va n’a aucune incidence sur la lecture, rien de négatif du moins, au contraire. On ressentr un certain plaisir à découvrir comment et pourquoi on va en arriver , d’autant plus que l’intrigue de La comédie des menteurs est très riche, avec plusieurs histoires, plusieurs personnages, un dénouement à la hauteur de ce très bon roman et forcément, tout un tas de mensonges dont le lecteur est plus ou moins au courant. Même en connaissant le dénouement dans ses grandes lignes, on se pose des questions, on cherche à percer le mystère, on est surpris par certaines révélations et, moi qui suis adepte des histoires floues avec des réponses à certains faits qui viennent tardivement, j’ai été servie. Il faut dire que la construction se prête parfaitement à ce jeu que j’affectionne tout particulièrement.

La comédie des menteurs porte parfaitement bien son nom et, le fait que certains personnages aient plusieurs discours, et l’intrigue plusieurs tableaux, apportent encore plus de consistance au tout. Le lecteur est témoin de magouilles et de mensonges, il voit l’envers du décor et grappille des morceaux de vérité qui lui donnent une vue d’ensemble plutôt agréable. Bon par contre, il se rend souvent compte que l’auteur s’est bien moqué de lui et que ce qu’il croit être la vérité est assez éloignée de celle de l’auteur. Et ça aussi, j’aime.
Allison Pagone, une romancière célèbre, est accusée d’avoir assassiné son amant, Sam Dillon. L’histoire tourne autour de son procès et de l’enquête qui tentent à prouver à la fois sa culpabilité et son innocence et pour cause, chaque personnage, qu’il soit procureur, avocat, flic, journaliste ou membre de la famille d’Allison, a des convictions différentes. De toute évidence, Allison protège quelqu’un et ment ; c’est ce que l’on pense tout d’abord. Et puis finalement, ça n’est plus si évident que ça et le lecteur est très vite convaincu par le discours d’Allison qui prend la responsabilité du meurtre, tout en sachant qu’elle ment probablement et en définitive, où se situe la vérité ? Qui ment ? Qui a raison ? Et il est quasiment impossible d’avoir des convictions tant cette intrigue est un méli-mélo de mensonges et de contradictions. Pourtant, on aurait envie de croire tout le monde, et c’est bien ça tout l’intérêt de cette lecture.

Vous ai-je déjà parlé de mon amour pour le brouillard épais dans les intrigues ? La comédie des menteurs en est enveloppée du début à la fin. C’est bien simple, même en connaissant le dénouement, on ne sait jamais vraiment vers quoi l’on va. La minutie avec laquelle l’auteur balance ses petites informations et révélations entretient à la perfection le suspense et l’envie de savoir toujours plus. Certes, la construction peut parfois être déroutante, car certaines explications arrivent après les faits, grâce ou à cause de la construction à rebours. Mais on s’y habitue très vite et finalement, c’est très plaisant de se sentir baladé par l’auteur qui maîtrise son intrigue à la perfection en en disant suffisamment pour éveiller la curiosité du lecteur, mais pas trop non plus de sorte que l’on est surpris, parfois bouche bée, lors de l’explication complète. Lorsqu’on repense au déroulé de ce roman, à son début, à ce qu’on croyait acquis et dont on était certain, en découvrant la fin et en mettant bout à bout l’ensemble des données déposées au cours du roman, on se rend compte que cette histoire est brillamment construite.
Je ne vous cache pas que j’ai déjà commencé à regarder les autres œuvres de David Ellis, car, si tous ses romans sont de la même trempe, je risque de passer de très bons moments de lecture.

La comédie des menteurs sur Amazonthumbnail (3)

8 commentaires sur « David Ellis – La comédie des menteurs »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s