Thomas Harris – Cari Mora

51B8P+IHMtL._SX326_BO1,204,203,200_


Des lingots d’or sommeillent depuis des années sous l’ancienne villa de Pablo Escobar à Miami Beach. Gangs et malfrats se battent pour mettre la main dessus.
Aujourd’hui, c’est au tour du maléfique Hans-Peter Schneider de tenter sa chance.  Mais c’était sans prévoir la présence de la sublime Cari Mora, qui veille sur les lieux. En matière de violence et d’armes à feu, personne n’a rien à lui apprendre.
Entre désirs et instinct de survie, avidité et obsessions macabres, le mal se faufile à chaque page. Aucun auteur de ces dernières décennies n’aura autant exploré les démons. Thomas Harris, au talent terrifiant, revient ici avec un sixième roman événement.


J’avais depuis très longtemps envie de découvrir la plume de l’écrivain qui a crée un de mes personnages de film préféré : Hannibal Lecter. Problème, même en ne sachant jamais dans quel ordre regarder les films, je les ai aimés, tous, même celui avec Gaspard Ulliel. Et chaque année, je me fais ma séance Hannibal Lecter et je les regarde tous, encore une fois. Je les aime tellement que je n’ai jamais osé lire les livres, de peur d’être déçue, de ne rien apprendre de plus ou de ne pas retrouver mon personnage fétiche tel qu’on me l’a fait connaître dans les films. Et puis j’ai entendu dire que l’auteur allait sortir un nouveau roman, j’ai noté l’information, l’ai oubliée jusqu’à croiser le retour d’une copine. Et voici le mien.

Je ne m’attendais à rien, qu’on se le dise. Un auteur capable de créer un personnage emblématique et marquant tel que Lecter, est-il capable de récidiver et d’offrir une autre œuvre aussi percutante ? Peut-être que oui, mais pas forcément. Alors, j’ai fait abstraction de ça et je pense surtout avoir eu l’avantage de n’avoir pas lu les livres. Je suis entrée dans Cari Mora sans attendre de cette intrigue qu’elle m’offre un tueur cannibale ou toute autre chose similaire et j’ai découvert l’intrigue petit à petit, n’ayant pas lu la quatrième.
Bon, le début est très confus et il a fallu que je m’accroche pour comprendre qui est qui et qui fait quoi. On a d’un bord une maison, celle de Pablo Escobar, qui renfermerait un trésor, et Cari Mora, la gardienne de la maison. Puis viennent Hans-Peter Schneider et son « équipe » qui louent la maison pour un tournage, mais surtout, pour trouver le trésor. Et autour, gravitent des personnages qui se mêlent de cette histoire, semblent liés ou se connaître (mais on ne sait pas trop), mettent leur nez dans les affaires de Schneider, mais on ne sait pas vraiment pourquoi ni qui ils sont. Et rapidement, des têtes tombent, on s’entretue (et on ne sait toujours pas pourquoi), d’autres « méchants » viennent s’agglutiner à l’intrigue pour voler le trésor, Cari Mora montre son vrai visage et son passé d’enfant soldat, et l’intrigue se déploie, s’ouvre au lecteur en lui offrant un peu de lumière lui indiquant ce vers quoi l’on va. Mais il faut attendre plus de 100 pages pour cela et, si j’adore lorsque les débuts de livres sont très flous, j’avoue qu’ici, j’ai cru ne jamais comprendre où l’auteur voulait en venir. Et je dois dire que je n’ai pas vraiment compris.

Cependant, même si ce livre n’est pas ma lecture de l’année, il a quelque chose d’intrigant qui fait rester. J’ai surtout commencé à m’en délecter (ou à penser que j’allais le faire) avec l’arrivée d’un flic et surtout, d’une autopsie. Allez savoir pourquoi j’adore les autopsies dans les romans et quand celle-ci a pointé le bout de son nez, je pense avoir eu un sourire jusqu’aux oreilles. Pour autant, ce livre n’est pas du tout un polar et je ne saurais même pas définir ce qu’il est. Enfin si, confus, assurément et du coup mon enthousiasme est retombé aussi vite qu’il était apparu. J’ai eu beaucoup de mal à assimiler le rôle de chaque personnage et ce qu’ils étaient tous. Même Cari Mora que j’ai adoré, je ne saurais pas expliquer ce qu’elle est, si ce n’est la gardienne de la maison Escobar, mais en dehors de ça, on n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Et ça a forcément eu une incidence sur ma compréhension et la façon dont j’ai lu et (pas) compris l’histoire qui se clôt sur une fin si rapide qu’on a l’impression que l’auteur nous en éjecte à coups de pied aux fesses : y a plus rien à voir.

Je vais donc conclure cette chronique qui n’a pas besoin de beaucoup plus pour faire comprendre que j’ai moyennement apprécié, que je n’ai pas tout saisi et que vraiment, le rôle des personnages m’a posé quelques soucis et d’ailleurs, je trouve qu’ils ne sont pas assez fouillés. On nous annonçait des malfrats, des gangs et un personnage maléfique, de l’instinct de survie, le mal à chaque page et des démons et, en réalité, l’intrigue se déroule presque sans encombre avec beaucoup de facilités pour les personnages (et le lecteur). Ça ne fait pas de ce livre un mauvais roman, juste que la quatrième embellit un peu les choses, des choses qu’on ne retrouve pas forcément dans l’ouvrage. Et dans les faits, l’intrigue est un peu creuse et rapide, manque terriblement de noirceur, et les personnages, eux, de consistance. En revanche, j’ai bien aimé les derniers chapitres, même si j’ai l’impression d’avoir lu un roman en accéléré tellement c’est facile pour les personnages alors que la configuration de base fait penser à une situation plutôt dangereuse avec des gangs, des méchants et de la castagne, et puis, pas vraiment en fait, ou peu.
Bref un avis mi-figue, mi-raisin, mais pas totalement négatif non plus. Le gros plus de ce livre, c’est sa première de couverture, seule raison pour laquelle je ne mettrai pas ce livre en boite à livres tout de suite (pour m’en séparer).

Cari Mora sur Amazon
thumbnail (3)

3 commentaires sur « Thomas Harris – Cari Mora »

    1. Les origines du mal, en film, ont le désavantage de ne pas avoir Hopkins dans le casting 😊
      Je pense que, pour qui n’a pas lu les livres mais à vu les films, Lecter c’est Anthony Hopkins, je n’imagine personne d’autre l’être, or le livre va forcément me proposer autre chose. J’ai un peu peur de ça 😊

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s