Yasmina Khadra – L’outrage fait à Sarah Ikker (Tome 1)

l-outrage-fait-a-sarah-ikker


Heureux en couple avec Sarah, fille d’une personnalité influente de la police de Tanger, Driss mène paisiblement sa carrière de lieutenant… Jusqu’au drame. Alors qu’il est agressé et assommé, sa femme est victime d’un viol. Il n’a de cesse de retrouver le coupable, mais est-il prêt à affronter une insupportable vérité ?

 


Il ne m’aura fallu qu’une petite dizaine de pages et un seul chapitre pour être persuadée d’avoir entre les mains un livre qui allait me plaire, au moins au niveau du style. J’ai trouvé très réaliste et naturelle la façon dont sont construits les dialogues, toujours avec cette petite pointe d’humour que j’avais déjà aimée dans Qu’attendent les singes, et qui apporte indéniablement quelque chose à ces personnages auxquels on s’attache instantanément sans les connaître, sans savoir qui ils sont. De façon plus générale, j’ai grandement apprécié le style de l’auteur.

📚 Premières lignes (inspiré du concept du blog Ma lecturothèque)
« Driss Ikker était à mi-chemin du coma éthylique lorsque le brigadier Farid Aghroub le découvrit dans la chambre 43 du Sinbad, un hôtel malfamé du vieux Tanger.
Driss était couché en travers du lit, complètement nu. À côté de lui ronflait une prostituée que Farid avait souvent coffrée, une fausse blonde à la poitrine tombante qui passait son temps à se soûler au bar, derrière la réception.
La chambre empestait la vesse, le tabac et le vomi. Une culotte traînait par terre, à côté d’un soutient-gorge effrangé et de bas qui avaient connu des jours meilleurs. Sur une chaise renversée s’entrelaçaient une chaussure éculée, un foulard berbère et une robe de bazar. Des bouteilles de vin vides traînaient çà et là au milieu d’une véritable porcherie. »

Outre l’accumulation excessive d’adjectifs dans ce court extrait qui sont les premières lignes du livre, le lecteur est balancé parmi les personnages, et même si le flic cliché au fond du trou aurait pu me faire peur (et les descriptions aussi), j’ai vu autre chose, un certain potentiel et surtout, une présence voire une aura plutôt agréable, bien que noire. Driss Ikker est un homme abattu, bouleversé par le viol de sa femme qu’il a découverte nue, sur le ventre, attachée au lit avant de se faire assommer à son tour. De ce jour, aucun des deux personnages ne ressortira indemne, mais c’est surtout à travers Driss Ikker que l’étendue des ravages va être montrée au lecteur. Entre folie et désir absolu de coincer le coupable, Driss ne cessera de chercher le violeur de sa femme, quitte à mener une enquête solitaire parfois loin de la légalité et des protocoles.
Yasmina Khadra profite de ce cadre pour aborder la femme marocaine, son statut et ses rôles au sein de son couple, de sa famille et de son rang social, mais aussi de ce que le pouvoir, les relations et la richesse peuvent engendrer comme traitement de faveur, mauvaises actions et/ou décisions. Un éventail de sujets plutôt bien abordés sur lesquels on ne s’étale pas trop non plus, ce que je trouve plutôt pas mal dans le sens où, ce qui m’intéressait le plus, même si j’ai aimé ces sujets aussi, étaient l’enquête et sa possible résolution, puisque ce livre est un tome 1.

L’outrage fait à Sarah Ikker est un très bon roman à suspense qui fait le boulot qu’on attend de lui. L’enquête menée par Driss, bien que ce dernier soit flic, n’est pas une enquête en bonne et due forme comme on pourrait s’y attendre dans un roman policier. Driss mène l’enquête de son côté parce qu’il n’est pas satisfait de la façon dont ses collègues mènent l’officielle, mais aussi et surtout, parce qu’il souffre.
Le dénouement qui apporte une vision totalement différente des événements et scènes passés m’a beaucoup plu, et je ne m’attendais pas vraiment à ce genre de retournement de situation qui apporterait une nouvelle façon de voir l’intrigue qui, jusque là, n’avait aucune raison d’avoir une suite, mais les dernières lignes offrent cette possibilité.
Si l’enquête est résolue, au moins dans les grandes lignes, cette résolution permet d’entrouvrir la porte du tome 2 qui semble porté sur une histoire de vengeance. À suivre donc, et il est certain que je lirai la suite tant j’ai apprécié ce premier tome.

L’outrage fait à Sarah Ikker chez France Loisirs
Autres chroniques du même auteur sur le blog :
Qu’attendent les singes
thumbnail (3)

8 commentaires sur « Yasmina Khadra – L’outrage fait à Sarah Ikker (Tome 1) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s