Éric Faye – Nagasaki

41JiY+thpVL._SX307_BO1,204,203,200_.jpgShimura-san vit seul dans une maison silencieuse qui fait face aux chantiers navals de Nagasaki. C’est un homme ordinaire, qui rejoint chaque matin la station météorologique de la ville en maudissant le chant des cigales, déjeune seul et rentre tôt dans une retraite qui n’a pas d’odeur, sauf celle de l’ordre et de la mesure. 
Depuis quelque temps déjà, il répertorie scrupuleusement les niveaux et les quantités de nourriture stockée dans chaque placard de sa cuisine. Dans ce monde contre lequel l’imprévu ne pouvait rien, un bouleversement s’est produit.


En temps normal, je ne prends jamais de livres dans la boîte à livres de ma commune. J’en dépose très régulièrement mais je n’en prends jamais. En réalité, c’est la première fois et c’est tombé sur celui-ci.
Nagasaki est donc l’histoire de Shimura-san qui décide de mettre sa maison sous surveillance vidéo car il constate que sa nourriture disparaît lorsqu’il n’est pas chez lui. Si ce roman a des allures paranormales au début, très vite, l’histoire prend une toute autre tournure plus rationnelle. Tiré d’une histoire vraie, Nagasaki est surprenant.

Surprenant dans la construction du personnage principal : Shimura-san, un homme totalement ordinaire et sans grand intérêt. La profondeur du personnage et de sa vie n’est vraiment pas ce qu’il faut attendre de ce livre ; Shimura a une vie banale à mille lieues des personnages classiques de roman dont les vies sont toujours extraordinaires et palpitantes. Là, pas du tout. C’est un type qui va bosser, qui prend le métro, qui parle peu avec ses collègues, qui fait son taf mais bon ça n’a pas l’air hyper grisant, et puis il rentre chez lui en sachant que le jour suivant sera le même. J’ai énormément pensé au film Une pluie sans fin, film chinois que j’ai beaucoup aimé et que j’aime de plus en plus, pour la simplicité, l’authenticité et le naturel des personnages et l’ambiance que j’ai retrouvés dans Nagasaki. Et j’avoue que ça change de trouver des personnages qui nous ressemblent, qui ne cherchent pas à tout prix à nous en mettre plein les yeux, qui sont eux tout simplement et puis un peu nous aussi du coup.
Ce personnage plus vrai que nature donne, je trouve, une force au roman. Il apporte quelque chose de plausible, d’envisageable et de vrai. Alors au début, lorsque les premières théories surnaturelles se font sentir, on se dit : pourquoi pas après tout ? L’explication rationnelle en devient alors surprenante, tant le paranormal semblait plausible, porté par le personnage principal. Et l’explication justement donne lieu au fameux fait divers dont est tiré cette intrigue.

Qui dit fait divers dit jugement et donc tribunal. On suit nos personnages lors du procès, brièvement, puis l’auteur part dans l’après procès, semble vouloir dire et/ou développer quelque chose et là j’avoue que j’ai lâché. Je n’ai pas du tout saisi la fin de ce roman, pas compris où Éric Faye voulait en venir ou ce qu’il voulait dire ou démontrer et je trouve que ce livre se termine de façon brutale sans que cela soit amené. Pouf, débrouille-toi avec ça. En définitive, aucun thème n’est abordé, rien de bien vraiment profond, il s’agit simplement d’un fait divers (sûrement romancé) relaté dans 133 pages.

Nagasaki est un petit roman qui se lit très vite mais qui fait en partie le boulot. Il embarque son lecteur dans une histoire étrange et originale, le balade, le surprend et finalement c’est tout ce dont j’avais besoin. L’écriture y est recherchée et très agréable tout en gardant une certaine simplicité élégante qui rend le tout plaisant. Bref, on passe un bon moment mais il ne faut pas trop en attendre non plus.

Nagazaki sur Amazon
thumbnail28329

4 commentaires sur « Éric Faye – Nagasaki »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s