Brian B. Merrant – Le Der des ders de ses amis (Nouvelle)

41eXWDzJ8aL.jpgLorsque la guerre est déclarée en 1914, les orphelins de la Haute-Barde en âge de combattre sont réquisitionnés. Joseph, taiseux et solitaire, est le plus jeune d’entre eux.
Outre les combats, Joseph découvre la vie dans les tranchées avec ses surprises et ses rares instants de fraternité. Ces événements, s’ils semblent inconcevables, sont pourtant réels et ne devraient pas être tus ni oubliés.
Il souhaite alors, dès le début du conflit, témoigner de ce qu’il voit à son ami Louis resté à l’orphelinat. 
Mais Louis n’est pas un ami ordinaire, et ce dernier lui répond…


Sorti le 11 Novembre 2018, ce court texte de Brian aurait pu me passer au-dessus de la tête ou sous le nez, au choix, pour une seule raison : il n’est pour l’instant disponible qu’au format numérique et je boude toujours autant le numérique. J’avais donc décidé d’attendre un format papier, mais ma (non) patience légendaire a encore frappé. Ma curiosité a fait le reste. Parce que je connais les textes courts de l’auteur, notamment ses nouvelles, mais que j’étais très ou trop (encore au choix) curieuse de le découvrir dans un registre très différent : l’Histoire. Ben oui, il y a forcément une part d’Histoire dans cette intrigue et c’est une nouvelle facette de son écriture que Brian nous propose.

Alors oui, en effet, Louis n’est pas un ami ordinaire et peut-être cela a-t-il joué dans les quelques larmes qui se sont échappées. En réalité, j’ai trouvé ce texte si attendrissant, la naïveté du début due à la jeunesse de Joseph tellement touchante, les échanges de lettres tellement poignants, que je pense avoir pleuré tout le long de ma lecture. Il y a un côté historique certain et un énorme décalage entre cette situation et les lettres. Finalement, on se demande ce que ce gamin fiche là-bas, que là n’est pas sa place, qu’il faut être sacrément stupide pour l’avoir laissé partir.
Mais la guerre prend toujours le dessus et si les premiers échanges se veulent plutôt bon enfant, rapidement le ton se durcit.

Nous avons été transférés sur la Côte de Froide Terre au Nord de Verdun. Ici la situation s’enlise et l’hiver n’arrange rien. Un instant la neige est blanche puis il se met à pleuvoir des obus, et l’instant d’après tout n’est plus que gris, tôles, fumées et corps. Il règne une puanteur suffocante. Dehors ce n’est pas un champ de bataille, c’est un charnier.

Brian nous raconte la guerre, cruelle et meurtrière. Puis la trêve de Noël, incroyable moment de poésie et de réflexion sur l’humanité. Et cette autre facette de la guerre, plus animale, que l’on ne connaît pas forcément, mais que Brian, de sa si jolie plume, a réussi à nous conter.
Quarante pages d’émotions et d’horreur, je ressors chamboulée par cette lecture si courte mais si intense.

Le Der des ders de ses amis sur Amazon (auteur indépendant)

2 commentaires sur « Brian B. Merrant – Le Der des ders de ses amis (Nouvelle) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s