Niko Tackian – Quelque part avant l’enfer

511U9CpU7-L._SX303_BO1,204,203,200_.jpgUne matinée comme les autres. Après avoir déposé son fils à l’école, Anna s’engage sur le boulevard sans remarquer le semi-remorque lancé à pleine vitesse. C’est le choc. Le tunnel. La musique des sphères. Mais, au seuil de la lumière, une silhouette s’interpose. Un homme, petit et barbu, la prévient :  » Je vais te tuer.  » 
Miraculeusement revenue d’entre les morts, Anna reprend ses marques, peu à peu. Or une présence semble partout suivre ses pas, semant dans Paris des cadavres de femmes. Il l’a prévenue : elle sera la dernière… 



Casquette, un SDF, découvre le cadavre d’une jeune femme que son chien, Virgile, a traqué jusqu’au sommet d’une colline.
Anna, mère de Nathan et épouse d’Alain, se fait percuter par un semi-remorque. La jeune femme est victime d’une Expérience de Mort Imminente (EMI) qui sera le sujet principal de ce thriller.
A priori, ces deux situations et personnages n’ont aucun lien, et pourtant il semble que l’assassin de la jeune femme soit le même homme venu hanter l’EMI d’Anna. Et des victimes, il y en aura d’autres. Dès lors, le lecteur est plongé dans une intrigue aux multiples facettes et au centre, Anna et ses nouveaux « pouvoirs ».

Quelque part avant l’enfer est le dernier livre qu’il me restait à découvrir de Niko Tackian (mais aussi son premier roman) et mes expériences avec cet auteur ont été en dents de scie. D’abord totalement séduite par La nuit n’est jamais complète, j’ai ensuite été déçue par Toxique dont le mauvais souvenir a été partiellement balayé par sa suite : Fantazmë. De façon générale je peux dire avoir préféré Niko Tackian dans le thriller surnaturel que dans le policier. Quelque part avant l’enfer se situe entre les deux. Bien sûr, on imagine qu’il y a une enquête dans l’ombre puisqu’un corps a été retrouvé et qu’un des personnages, Zed, est flic. Et oui, on découvrira qui est le tueur. Mais point d’enquête à proprement parlé, le personnage central est EMI (et Anna). Le sujet choisi par l’auteur est indéniablement original et même si, a priori, il ne m’intéresse pas, Niko Tackian apporte à cette expérience de mort imminente une touche terriblement efficace de mystère qui rend le sujet intéressant. On se pose mille questions et on a envie de savoir.

Malheureusement, cela n’aura pas suffi. Si l’EMI d’Anna apporte énormément à l’intrigue, elle prend bien trop de place sans jamais vraiment être approfondie et rapidement on tourne en rond. J’ai été tentée d’abandonner en cours de lecture, fatiguée par cette facette de l’intrigue (et d’Anna) dont je me suis trop vite lassée. Je ne l’ai pas fait, tout comme je n’ai pas abandonné Toxique. Parce qu’avec les livres de Niko Tackian, il y a toujours une part de moi qui reste curieuse et qui veut connaître le dénouement. Et en l’occurrence, c’est bien l’enquête (et donc le côté policier de l’intrigue) qui m’a fait rester. L’envie de savoir qui est ce tueur en série, pourquoi il arrache les yeux de ses victimes, et quel mystère entoure Casquette qui, semble-t-il, a croisé le regard de ce mystérieux tueur.

Les chapitres courts de ce livre dynamisent la lecture et donnent un rythme haletant à l’intrigue. Alors, forcément, les pages défilent et même si je me suis parfois ennuyée, j’ai lu ce livre assez rapidement.
Je m’en suis finalement remise au dénouement qui allait forcément déterminer mon avis global jusqu’alors très mitigé. Un peu perdue entre mon intérêt pour le côté enquête et mon agacement à l’égard d’Anna pour finalement me lasser du sujet principal l’EMI, il fallait que quelque chose vienne trancher.
Alors le dénouement relève-t-il le tout ? Il aurait pu. Parce que ce dénouement, cette révélation qui concerne le tueur est inattendue et même si c’est une possibilité de dénouement, jamais vraiment je ne l’ai anticipée. Là où ça coince, c’est que j’ai récemment lu un livre avec le même style de dénouement (et de trame), fin que j’avais totalement anticipée à cause d’un film. Alors oui, la fin de Quelque part avant l’enfer est bien, mais elle n’est pas originale. Malheureusement, son originalité était la seule chose qui pouvait faire basculer mon avis du « mouais bof » vers le « c’était chouette ». On s’en tient à l’avis de base et au : lisez La nuit n’est jamais complète, ce livre reste, à mon avis, le meilleur Tackian, le plus abouti dans le style, les émotions et l’histoire, mais aussi le plus original dans sa globalité.

Quelque part avant l’enfer

4 commentaires sur « Niko Tackian – Quelque part avant l’enfer »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s