Catherine Jacques – L’ombre morte

31kdeyjtQ6L._SX331_BO1,204,203,200_.jpg
David Capet est criminologue, formé par le FBI, il revient en France pour arrêter ce tueur, Robert, qui ouvre le ventre de ses victimes pour prélever leur fœtus. lorsqu’il perd sa femme, David va sombrer dans l’alcoolisme et oublier ses souvenirs, des souvenirs qui vont resurgir suite à son abstinence et qui indiquent que c’est lui ce tueur. Pourquoi se rappelle-t-il tous ces crimes comme s’il les avait lui-même commis, qu’il parvienne à sentir ces odeurs de sang, à entendre les cris et les pleurs des victimes? Qui est ce type, Bobby, dans reflet de son miroir et qui lui donne tous ces indices, une autre facette de la personnalité de David ?


Une lecture très mitigée. Peu convaincue par le style et l’histoire, j’ai tout de même apprécié les dernières pages, celles du dénouement. Je reste persuadée qu’il y a des choses à garder dans ce livre et notamment la trame de l’intrigue. Lecture mitigée, retour mitigé.

L’utilisation (abusive à mon sens) des prénoms des personnages m’a très vite fatiguée. D’abord parce que cela fait très très répétitif dans le texte en lui même alors qu’un personnage peut être défini par beaucoup d’autres choses que son prénom, mais aussi parce que dans les dialogues, cette construction identique à tous les personnages leur enlève leur singularité. Et il se trouve que j’aime bien reconnaître un personnage à sa façon de parler. Je trouve que ça lui donne de la consistance, de la personnalité, une identité. C’est primordiale à mes yeux.
« Avez-vous un problème, David ? » ; « Ah bon, David ? » ; « Merci, Louis » ; « C’est lui qui fait ça, David » : quatre personnages, quatre constructions identiques et donc il est quasiment impossible de différencier un personnage à sa façon de parler.
Quitte à aborder les dialogues, j’ai aussi été perturbée par le fait que parfois, une tirade d’un même personnage est scindée en deux tirades l’une en dessous de l’autre. C’est assez perturbant dans le sens ou, automatiquement, le cerveau du lecteur change de personnage à chaque nouvelle tirade et que dans ce livre, parfois ça n’est pas le cas.
Il y a également des erreurs de ponctuation (virgule placée devant le mauvais mot et qui sépare un pronom personnel et son verbe par exemple ; une question sans point d’interrogation ; des phrases qui auraient pu être scindée en deux, voire trois parfois parce qu’elles abordent plusieurs sujets en sautant du coq à l’âne), des phrases dont je n’ai jamais compris le sens et quelques coquilles.

Néanmoins, il est assez original et sympathique d’avoir deux points de vue qui embrouillent le lecteur. Le point de vue du tueur, Robert qui croit être David et David, le flic, qui croit être Robert le tueur. L’un ayant des visions de ce que fait l’autre, chacun se persuade de devenir fou et d’être, en réalité, cet autre. Les personnalités se mélangent, le lecteur est ballotté, mais il a envie de savoir ! Qui est qui ? pourquoi les deux personnages sont hantés par l’autre ? que s’est-il passé dans l’enfance de David ? qui est ce tueur ? Ce sont pour toutes ces questions et la confusion voulue et maîtrisée par l’auteure entre tueur et flic que je suis restée jusqu’au bout, parce que malheureusement, la magie n’a pas opéré surtout à cause du style et des personnages qui manquent de personnalité. Outre David et Robert, les autres ne font que de la figuration à mes yeux et se ressemblent vachement dans leur façon d’être.

Bref une lecture mitigée. L’histoire est originale et sympathique, certains personnages intéressants mais globalement le livre ne m’aura pas emballée plus que ça sans pour autant me frustrer. J’ai bien aimé la fin qui m’a fait penser que l’idée de départ et la trame globale de l’intrigue étaient très bonnes mais que la manière dont tout cela est raconté ne m’a pas convaincue car pas assez aboutie je pense.
Dernier point : le livre portant la mention « thriller occulte » je m’attendais à beaucoup plus d’occultisme que cela.

L’ombre morte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s