Barbara Abel – Après la fin

51tEeRwYmGL._SX303_BO1,204,203,200_


Une banlieue calme, aux maisons mitoyennes entourées de jardins bien entretenus. 
Des voisins modèles : Tiphaine et Sylvain, couple soudé aux prises avec un ado un peu rebelle, Milo. C’est le cadre idéal dans lequel Nora, récemment divorcée, vient d’emménager avec ses deux enfants. Mais Nora ne sait pas encore que les anciens propriétaires de sa jolie maison se sont suicidés, qu’ils étaient les parents naturels de Milo, que Tiphaine vit dans une prison de mensonges et de culpabilité. Et dans l’ignorance, Nora donne sa confiance… 


Après Le quart d’heure de gloire, il m’a été difficile de choisir une nouvelle lecture. J’ai abandonné deux livres et comme je venais de recevoir un colis Barbara Abel, j’ai pioché, presque au hasard, persuadée de mettre assez vite fin à un début de panne de lecture.

J’ai découvert Barbara Abel avec Derrière la haine. Après la fin en est la suite. Je n’étais pas spécialement emballée par le concept. Un retour de Tiphaine et Sylvain après l’incroyable fin de Derrière la haine, était un défi. Était-il vraiment nécessaire de remettre le couvert alors qu’il me semblait que tout avait été dit et raconté ? que la fin du premier livre était une vraie fin ? Le risque d’une déception était grand et je dois bien avouer avoir eu du mal à entrer dans le roman et ne pas l’avoir apprécié dans toute sa globalité.

D’abord parce que le temps a passé entre l’intrigue du premier et du second, et que je m’attendais presque à retrouver les mêmes atmosphères et ambiance que le premier, ce qui n’est pas vraiment le cas. Les personnages ont vieilli, d’autres ont grandi et c’est un peu perturbant. Je pensais vraiment apprendre ce qu’il s’était passé après la fin de Derrière la haine, et ça n’est pas tellement ça non plus.
Aussi, parce que j’ai été confrontée à beaucoup de coïncidences qui, comme par hasard, tombent à pic et servent l’intrigue, chose que je n’ai jamais ressentie chez Barbara Abel. Enfin, j’ai trouvé des répétitions de faits à quelques pages d’intervalle qui n’étaient franchement pas nécessaires, des faits qui ne méritaient pas que l’on revienne dessus (j’avais très bien compris la première fois). Des faits aussi qui rappellent l’intrigue du premier livre, essentiel pour ceux qui ne l’ont pas lu, mais une suite comme son nom l’indique poursuit l’histoire d’autre chose. Alors, Après la fin est-il réellement une suite ? Oui et non. Il faut avoir lu le premier pour comprendre la situation des personnages, leurs liens et leur vécu, c’est indéniable car, même si Après la fin rappelle certains faits, tout ne peut être redit. Les histoires, elles, sont relativement indépendantes. On reprend (presque tous) les mêmes personnages et on refait une histoire avec. Et l’idée n’est pas mauvaise dans la mesure où Tiphaine avait un potentiel diabolique ! Après les horreurs qu’elle a commises et vécues dans Derrière la haine, elle pouvait recommencer, le risque était là, et il y avait matière à surprendre le lecteur.

Nora, mère divorcée, et ses enfants, Inès et Nassim, emménagent dans la maison mitoyenne à celle de Tiphaine et Sylvain… et Milo (c’est là qu’il faut avoir lu Derrière la haine, ce que je conseille fortement de faire). L’entente entre les deux familles va d’abord être idyllique, mais, grâce au prologue, on sait que ça ne va pas durer. Pas du tout. Là est tout l’intérêt du roman parce que connaissant Barbara Abel, elle serait capable de me faire croire que Tiphaine a encore pété un plomb, mais en fait non, avec des parce que, des pourquoi et des comment à la pelle, jusqu’à l’ultime chapitre.
Problème : j’ai eu énormément de mal à m’attacher aux personnages, surtout au début. Ni du côté de Nora, ses enfants et son ex mari, ni du côté de Tiphaine qui avait pourtant fait mouche dans le premier roman même si, je dois l’avouer, avec du recul, c’est Laetitia qui m’a le plus marquée. Sylvain a tout de même réussi à me séduire un peu, mais on est loin de mes habitudes avec cette auteure qui, normalement, m’agrippe d’emblée que cela soit avec ses personnages ou son histoire.
L’histoire, d’ailleurs, ne m’a pas plus plu que cela. En vérité, j’ai eu cette impression de roman forcé avec des personnages que l’on ressort alors que leur histoire était terminée. Peut-être ai-je pensé que Barbara Abel allait repartir d’où elle s’était arrêté dans Derrière la haine. Je ne sais pas. Toujours est-il qu’à la moitié du livre, je ne sais toujours pas vers quoi on va et surtout, j’ai l’impression que l’histoire n’a pas commencé. Objectivement, je sais que si. Que la machine est de nouveau en marche, que Tiphaine s’enferme de nouveau dans une situation infernale qu’elle ne va bientôt plus contrôler, mais c’est mou et prévisible surtout ! Parce qu’en réalité, Après la fin n’est qu’une nouvelle version de Derrière la haine. Une suite qui lui ressemble un peu trop dans la trame et je ne m’attendais pas à cela.

Mais…

Certains personnages ont su tirer leur épingle du jeu, et je me suis laissé séduire, portée par un style que j’aime vraiment beaucoup. La faculté de l’auteure à dire énormément, à faire ressentir, à empoigner mon petit cœur pour le tordre ou le ramollir, en si peu de mots me sidère à chaque fois. Et m’agrippe tout le temps. Le côté terriblement cruel de Tiphaine ainsi que la fragilité et la culpabilité de Milo, ont eu raison de moi.

Elle, d’abord. Elle qui souffre en silence, habitée par une colère sans nom. Elle qui va toujours plus loin, presque en roue libre tant plus rien n’a d’importance. Cette Tiphaine emplie de haine qui n’a plus aucune limite à la folie et dont le fantôme de son petit garçon la hante tellement, qu’elle en devient aveugle. Dissocier le bien du mal lui est désormais impossible. Rongée par le chagrin et le manque, sa cruauté n’a d’égale que sa froideur. J’ai adoré la détester tout en la comprenant un peu.
Et puis lui. Milo, le petit garçon de Derrière la haine est à présent un adolescent froid et distant, persuadé que ceux qu’il aime sont amenés à mourir. Convaincu d’être maudit, il coupe tout lien avec ceux qu’il chérit. Pour lui, c’est surtout de la compassion que l’on ressent. De la tristesse aussi. De savoir ce qu’il a vécu, ce qu’il s’est passé quand il était enfant et de sa situation à présent.
Alors, grâce à ces deux personnages, le dernier tiers du livre et le dénouement sont à la hauteur de ce que j’attends d’un Barbara Abel. Surprises, retournements de situation et fin qui mélange des « woua », des « oh non ! » et des « ah, mais je kiffe cette auteure ! ». Et même si cette fin était prévisible (il n’y avait pas 36 manières d’achever ce roman) la façon dont l’auteure l’amène et la met en scène est géniale.

Après la fin n’est pas le roman de Barbara Abel qui m’aura le plus marquée et je me serais passée d’une seconde intrigue mettant en scène Tiphaine et Sylvain. Une histoire plutôt plate pendant les deux premiers tiers et qui ne m’aura captivée que dans le dernier. Bon, on ne peut pas réussir à chaque fois et cela ne m’empêchera pas de lire les autres Barbara Abel dont deux sont déjà en ma possession.
En revanche, un troisième roman avec Milo… Pourquoi pas. J’adore ce personnage et je le soupçonne d’avoir un très gros potentiel en tant que personnage principal 😇

Après la fin sur Amazon

4 commentaires sur « Barbara Abel – Après la fin »

    1. Le second a été décevant pour certains lecteurs, dont moi en effet 😂 Je ne parle pas beaucoup du premier dans cette chronique et j’évite de spoiler mais le survoler suffit pour comprendre que je n’ai pas aimé cette sorte de suite 😁

      J'aime

  1. pas de fin non plus pour le second, je suis vraiment déçue, pas sûre de vouloir lire un autre livre de cet auteur s’il n’y a jamais de fin et de justice !!!!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s