Donato Carrisi – Le tribunal des âmes (série Sandra et Marcus 1)

51MR5GL8IqL._SX307_BO1,204,203,200_.jpgRome. Sa dolce vita, son Capitole, ses foules de pèlerins, ses hordes de touristes. Sa pluie battante, ses sombres ruelles, ses labyrinthes souterrains et ses meurtriers insaisissables. Marcus est un homme sans passé. Il y a un an, il a été grièvement blessé et a perdu la mémoire. Aujourd’hui, il est le seul à pouvoir élucider la disparition d’une jeune étudiante kidnappée. Sa spécialité : analyser les scènes de crime. Sandra est enquêtrice photo pour la police scientifique. Elle aussi recueille les indices sur les lieux où la vie a dérapé. Il y a un an, son mari est tombé du haut d’un immeuble désaffecté. Elle n’a jamais tout à fait cru à un accident. Leurs routes se croisent pour les conduire chacun au carrefour où il faut choisir entre la vengeance et le pardon.


J’avais prévu de finir l’année 2017 sur mon premier Carrisi : Tenebra Roma. J’avais donc commencé ma lecture, presque achevée d’ailleurs, quand on m’a gentiment soufflé qu’il y avait deux livres à lire avant celui-ci. L’intrigue restait compréhensible et plaisante, mais enfin, je me suis posée pas mal de questions sur le début de Tenebra Roma. Passant à côté de beaucoup de choses, ne comprenant pas vraiment où voulait en venir l’auteur sur certains points, je me suis inquiétée, mais sans plus. Après tout, certaines intrigues sont construites de sorte que le lecteur se sente perdu. Bon là, la raison était toute autre, et c’est ainsi que je me suis procuré Le tribunal des âmes et Malefico.

Un des talents les plus prononcés de Donato Carrisi, est probablement celui de laisser son lecteur dans une espèce de brouillard semi-épais. Prenons l’exemple de Marcus, personnage atypique, solidement bâti qui a, dès son apparition, suscité un grand intérêt à mes yeux. Déjà dans Tenebra Roma, j’avais entraperçu le potentiel fou de ce personnage, à la manière d’un Barga dans Charade. Dans ce dernier livre, c’est bien le potentiel non utilisé du personnage qui m’avait chagrinée (et gâchée ma lecture). Ce même potentiel, ce même don, que Donato Carrisi arrive à intégrer et à développer dans Le tribunal des âmes. Voir le pire, suivre le cheminement, entrer dans la tête du tueur. Mais revenons au talent de l’auteur.

Marcus donc, dont on découvre peu à peu l’étendue des capacités, mais qui, au départ est un personnage complètement énigmatique. Carrisi fait le choix de ne pas présenter ses personnages dès le début. Il les insère dans l’histoire sans vraiment de préambule, intègre le lecteur en plein milieu d’une action ou après une scène déjà entamée voire achevée, et dépose les pièces de son puzzle peu à peu au fil de l’histoire. Ainsi, lorsque l’on rencontre Marcus, le don n’est pas établi. On parle de ce qu’il s’est déroulé dans le passé, on connaît les répercussions présentes, mais pas les faits exacts antérieurs qui expliquent l’action présente. Et c’est ainsi pour chaque personnage. Déroutant ? Pas du tout. Cette construction autour des protagonistes permet de créer deux pans d’intrigue. Un porté sur les faits en eux-mêmes ; l’autre sur les personnages. Que cela soit Marcus, Sandra, ou les personnages secondaires et/ou absents du roman, chacun apporte sa petite touche de mystère pour titiller la curiosité et susciter l’intérêt du lecteur, mais en dévoilant ses secrets au compte-gouttes. Un délice à déguster tant le concept est parfaitement maîtrisé.

Avec Le tribunal des âmes, une chose est sûre, on ne s’ennuie pas et pour cause, l’auteur ne nous en donne pas l’occasion. L’intrigue est portée par un style qui se situe pile entre deux opposés. Le pompeux lourd trop minutieux, et le trop succinct. Si l’auteur sait lorsqu’il doit prendre le temps de décrire ou raconter les faits, il sait tout aussi pertinemment quand s’abstenir et passer assez rapidement sur des faits disons secondaires, qui n’ont pas besoin de dix lignes pour être dits.
À côté de cela, le lecteur est emporté dans un tourbillon d’intrigues qui le ballotte dans tous les sens, le fait voyager, et l’entraîne au cœur de l’action. D’un côté Marcus, de l’autre Sandra. Chacun avec son passé, ses secrets, ses doutes et ses missions. Chacun rencontrant d’autres personnages, de l’ancien flic au tueur, en passant par Interpol, et qui, eux aussi, amènent leur pierre à l’édifice et de la matière à l’intrigue. Un sac de nœuds organisé qui, concrètement, m’en a mis plein les yeux.

Mais si chacun de ces personnages est en quête de quelqu’un, de quelque chose, et si chacun à une affaire à élucider, ne nous y trompons pas, nous ne sommes pas dans un roman policier à base de flic. Bien que Sandra le soit, ce n’est pas en tant que tel qu’elle part à la recherche de vérités. Pas de perquisition, de hiérarchie, ou d’enquête policière à proprement parlé. Ici, Sandra part en quête, mais en tant qu’épouse qui veut connaître la vérité. Pas en tant que flic. Marcus, quant à lui, n’a pas grand-chose à voir avec la police, si ce n’est qu’il tente de démasquer les tueurs. Il est avant tout, un homme d’église aux capacités étonnantes.

Finalement, que dire de ce roman si complexe, mais tout aussi agréable ? Je pense qu’il faut avoir un certain état d’esprit pour lire ce livre. Que notre capacité de concentration ne soit pas parasitée par des soucis ou pensées, au risque de passer à côté de faits. Chaque chapitre amène avec lui une révélation, une action, une clé de l’intrigue qui soit ajoute du mystère, soit élucide un fait antérieur. Autrement dit, il faut être aux aguets et pris dans l’action. Et ce fait est à double tranchant. Ou bien le lecteur sera comblé par tant de rebondissements, comme ce fut mon cas, ou bien, il se lassera très vite, fatigué par tant d’action.
Pour que la pilule passe, l’auteur ne lésine pas sur le style et la construction du roman. Les deux prennent le lecteur par la main pour le guider, mais je le rappelle, à travers un rideau de brouillard bien épais. C’est ce qui m’a le plus fascinée dans cette intrigue. Avoir toujours le doute et de multiples questions et par conséquent, me laisser surprendre par les révélations de l’auteur. C’est au compte-gouttes que le lecteur découvre l’étendue de l’intrigue qui va bien au-delà d’une disparition.

Beaucoup d’actions et de rebondissements, peut-être trop pour certains lecteurs. Peut-être certains temps morts auraient été appréciables, difficile de le juger lorsque le rythme intense nous a plu. Néanmoins, j’émets l’hypothèse.
Les personnages sont travaillés en profondeur, peaufinés, parfaits. L’auteur a le souci du détail, et loin de moi l’idée de lui enlever sa générosité. De la matière, il nous en donne, c’est certain.
Une intrigue complexe qui flirte avec le concept de bien et de mal, mais passionnante, au cœur de Rome, sur fond de religion, de vengeance et de pardon.

Un très bon moment de lecture, le premier livre de la série Sandra et Marcus qu’il me tarde de terminer. Mais afin de ne pas me lasser, je vais entrecouper les deux prochains Carrisi, avec des lectures plus légères et moins complexes.

Il existe un lieu où le monde de la lumière rencontre celui des ténèbres. C’est là que tout se produit : dans la terre des ombres, où tout est rare, confus, incertain. Nous sommes les gardiens de cette frontière. Mais parfois, quelque chose réussit à passer. Et moi, je dois le renvoyer dans l’obscurité.

Le tribunal des âmes sur Amazon

Dans la même série :
Malefico
Tenebra Roma

5 commentaires sur « Donato Carrisi – Le tribunal des âmes (série Sandra et Marcus 1) »

  1. Depuis que je suis tombée sur la plume de Donato Carrisi avec La fille dans le brouillard, j’ai lu tous ses autres romans et je partage tes ressentis :p Une plume efficace qui maîtrise le suspense. Impossible de lâcher le livre avant de l’avoir fini tant c’est bon à lire ! En voilà un que je ne vais plus lâcher, un maître du thriller j’oserai dire ❤
    Merci pour tes articles 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci 😊 Je n’ai pas encore pris le temps de regarder les autres livres de cet auteur. Merci pour la piqûre de rappel, d’autant plus qu’il me reste des ressentis et souvenirs de ces lectures que j’ai adorées !
      Bonne fin de journée 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s