Salvatore Minni – Claustrations

51vm0WERTHL._SX307_BO1,204,203,200_.jpg


Ils ne se connaissent pas et pourtant, ils portent le même tatouage sur le bras… 
Clara, disparue depuis plusieurs semaines, se réveille un matin étendue sur le sol d’une cellule obscure et infestée d’insectes ; Monsieur Concerto tente de découvrir les raisons qui l’ont conduit dans une chambre d’isolement, tandis que Charles se cloître de son plein gré. 
Chacun d’entre eux se retrouvera face à son destin. Mais, dans leur quête de la vérité, ils se rendront très vite compte que les apparences ne sont pas celles qu’ils croyaient…


Lorsque mon regard a croisé Claustrations, j’ai eu deux réactions. Une spontanée : « ça à l’air trop bien !!! » Et une à retardement : « attention, on aborde un sujet épineux, ne nous emballons pas ». L’auteur le dit lui-même : « vous vous apprêtez à plonger dans les méandres de l’esprit humain ». Et les méandres de l’esprit humain, c’est quand même un sacré sujet casse-gueule en ce qui me concerne, au même niveau que la folie humaine, la violence, et la vengeance. Dernier point, il s’agit d’un premier roman dont je n’ai lu aucun retour, et dont je n’avais pas entendu parler avant de croiser la page Facebook de Nouvelles Plumes. Bon, cela dit, je n’ai pas une très bonne mémoire… Toujours est-il que lorsque je l’ai acheté, j’ai eu l’impression d’être la première à le découvrir dans mon entourage.
Ce livre est une toile vierge sur laquelle un auteur va me peindre son univers. À moi d’y adhérer. Ou pas….

Prenez un sujet : la claustration. Ajoutez quelques personnages représentatifs des différentes formes de claustrations, volontaires ou non : Charles qui vit reclus dans sa cave et dont la femme fait de son mieux pour l’aider à se cacher ; Clara, un médecin supposément enlevé et enfermé dans une pièce en compagnie d’insectes et d’obscurité ; M. Concerto, interné à son insu dans ce qui ressemble à un hôpital psychiatrique. Versez -le tout sur des pages blanches à l’aide d’un style généreux, original, et agréable pour les yeux. Fermez le livre. Secouez. Dégustez.

Ce thriller est une bombe…. à retardement. En atteignant la fin et le (double) twist ending, j’ai eu une pensée pour Shutter Island. La première fois que j’ai vu ce film (et je n’ai pas lu le livre) je suis restée immobile, choquée et bouche bée par la manière dont le scénario m’avait menée en bateau. Et bien là, c’est la même chose.
Concrètement, il ne se passe pas grand-chose dans ce livre. On suit le quotidien de différentes personnes qui souffrent toutes de claustration, involontaire pour les uns, volontaire pour l’autre. À priori, on se dit que le roman et l’auteur abordent d’une façon assez large ce phénomène de claustration, et c’est rondement mené. On ne sait pas trop vers quoi l’auteur nous emmène, ni la manière dont le roman va s’achever, mais on se laisse guider par la plume si efficace de Salvatore Minni.
L’intelligence de l’auteur a été d’instaurer son suspense sans que l’on s’en rende vraiment compte. Au début, on lit, on avale les données, puis, petit à petit, on commence à se poser des questions, à avoir des suspicions, à se dire que quelque chose cloche, mais quoi ? Puis on veut savoir, mais on ne nous donne pas à manger, alors on veut vraiment savoir et puis…
Et puis soudain, tout s’emballe. Soudain, on se rend compte que l’auteur s’est bien joué de nous, et que ce thriller relève du génie. Toutes ces pages passées en compagnie de Charles, Clara, Concerto, Françoise, Rose… Ces instants de flottement où on se disait « mais bon sang, qu’est ce qu’il se passe ? »… Le puzzle qui se met doucement en place, mais dont on ignore encore ce qu’il représente… Et puis cette première révélation qui vient nous couper le souffle en se disant que… bon sang, l’intrigue est vraiment profonde en fait. On ne s’arrête pas qu’à de la claustration superficielle pour instaurer un climat angoissant de huis-clos – même si Salvatore Minni y parvient à la perfection. L’auteur ne se contente pas de nous dépeindre les différentes formes de claustrations. Il ne se satisfait pas seulement d’entrer dans les méandres de l’esprit humain. Non ça n’est pas simplement ça. C’est beaucoup plus profond, puissant et jubilatoire. Et ça nous pète au visage comme un ballon de baudruche.

On déguste ce revirement de situation parfaitement bien amené par l’auteur qui a su déceler l’instant crucial, le moment, la seconde, au mot près où cette révélation devait tomber. Je savoure ce roman et cette révélation comme j’en ai pas savouré depuis longtemps. Salvatore Minni vient de rompre ma malédiction des (faux) thrillers avec excellence, application, et originalité. Ça, c’est un thriller. Et un bon en plus !
Je jubile, je souris, et j’aurais envie de pleurer tellement cette sensation de me faire avoir m’avait manqué. Je me remets comme je peux de mon émotion, et l’auteur me gifle une seconde fois comme s’il me disait « eh, aurais-tu douté de moi ? ». Oh que oui, j’ai douté. Je me suis d’ailleurs bien gardé de partager avec mes amis Facebook, ma lecture en cours de peur d’être dans l’incapacité d’en faire une chronique positive. Alors oui, j’avais peur, j’ai angoissé et j’ai douté. Mais le plaisir n’en est que plus intense parce que ce livre-là, vient de me retourner dans tous les sens, et c’était trop bien.

Je ne peux hélas parler de l’intrigue. Il faut la découvrir telle qu’elle est, sans spoil aussi infime soit-il. Il faut s’imprégner de l’ambiance si particulière du livre. Cette angoisse et cette incompréhension permanentes. Ce rythme qui parait lent parce qu’on a l’impression que l’auteur pose ses bases pendant longtemps alors qu’en réalité, le jeu a déjà commencé. Faire connaissance avec chaque personnage, découvrir sa vie et s’attacher à lui. J’ai adoré cette intrigue. Si bien, que j’en ai encore des papillons dans le ventre.

Claustrations  sur Amazon

 

6 commentaires sur « Salvatore Minni – Claustrations »

  1. Voilà !!! Enfin des mots justes et fondés quant à ce thriller et son écrivain…J’approuve puissance 10 et je ne peux que suivre le mouvement quant à dire que c’est un choix merveilleux pour glisser sous le sapin !!! Personnellement, j’ai hâte de relire du Salvatore Minni !!!

    Aimé par 1 personne

    1. Nous sommes bien d’accord en effet 🙂
      Quant à relire Salvatore Minni, non seulement j’ai hâte, mais en plus je me suis surprise à être frustrée de ne pas en avoir un autre après fini Claustrations. Et c’est si rare (parce qu’en général j’aime bien changer d’auteur après avoir fini un livre) que je me dis qu’il se passe vraiment quelque chose avec cet auteur. Gardons nos deux yeux rivés sur ce Monsieur 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s