Renaud Séchan – Comme un enfant perdu

51ktczjcutl-_sx310_bo1204203200_.jpg


Quand vous m’offriez des fleurs et que je vous grognais quelques mots inaudibles – d’aller vous faire voir, que plus jamais je ne chanterai, embrumé dans les vapeurs de l’alcool, je vous ai rendus malheureux, comme j’ai rendu malheureux tous les miens. Je le sais, je l’ai lu dans les milliers de lettres que vous m’avez adressées. Eh bien, dans les mois qui viennent, je vais m’efforcer de vous rendre le sourire. Et qui sait ? Peut-être même allons-nous pleurer ensemble du bonheur de nous retrouver vivants, et sous le même ciel. Toujours debout.
Renaud, 
 L’Isle-sur-la-Sorgue, 11 mai 2016


Le seul reproche que j’aurais à faire à cette autobiographie, c’est qu’elle est trop condensée. Certaines personnalités n’ont rien à raconter de leur enfance, et donc, le passage éclair sur cette partie là est justifié. En ce qui me concerne, j’aurais pu lire un livre entier sur l’enfance de Renaud. Tout comme j’aurais pu lire un chapitre entier pour chaque explication de texte. En réalité, l’autobiographie de Renaud Séchan aurait mérité plusieurs tomes, pour chaque partie déterminante de sa vie. Mais peut-être n’y-avait-il rien de plus à dire après tout ?

Pour le reste, j’ai vraiment aimé ce livre. D’abord, parce que j’ai retrouvé l’esprit Renaud, et que c’est ce que je cherchais. J’ai appris des choses, notamment sur son enfance, qui, comme dit plus haut, m’a passionnée. Il y a des artistes qui débarquent de nulle part, et dont la légitimité à être appelés icône ou idole reste à prouver. Concernant Renaud, j’ai eu l’impression d’un chemin loin d’être tout tracé, mais qui avec du recul, sonne comme une évidence. Et puis j’ai compris beaucoup de choses. Sur sa révolte, son caractère, ses mots. Derrière chaque chanson se cache une anecdote, un événement de sa vie, et pour certaines, je l’ignorais. C’est un peu ce que je reproche aux chansons actuelles. Elles n’ont rien à dénoncer, rien à raconter – mais cela n’engage que moi. Avec Renaud, tout a été toujours très différent. Ses textes sont des cris de douleur et d’amour. De souffrance et de bonheur. Renaud écrit pour extérioriser, il chante pour se délivrer. Je l’écouterai avec encore plus de passion et d’émotions désormais.

Et puis je ressens ce sentiment de persécution, cette peur de l’abandon. Je la ressens et la vis. Oui, ce qui me fascine tant chez Renaud, c’est qu’au fond, je lui ressemble. Ou c’est ce que je veux croire. Cette blessure profonde, presque inexplicable, qui ronge de l’intérieur. La peur au ventre, vivant reclus loin du monde qui nous entoure. Parce que dehors, c’est l’enfer. Parce que dehors, il y a les gens, et que la foule, c’est terrifiant. Une horde d’inconnus qui, à tout instant, peut se retourner contre nous. À chaque seconde, ils peuvent nous fusiller du regard, porter un jugement, avoir de mauvaises intentions, et dans le cas de Renaud, vouloir notre mort.

Je me suis toujours demandée ce qui avait poussé Renaud à nous infliger – à lui, comme aux autres – ces longs moments de silence pendant lesquels il disparaissait. Qu’est-ce-qui fait qu’un homme, dont la réussite dépasse tout ce qu’il aurait pu imaginer, cet homme aimant et aimé, sombre dans l’alcool et la solitude. Le succès peut-être, que j’ai pensé. Mais c’était si soudain et si tardif, que je n’ai su trouver aucune explication. Et ça, c’est dans le livre de Renaud que je le découvre. Ce fameux pourquoi qui va me hanter, parce que je le connais. L’angoisse.
Cette putain d’angoisse qui moi aussi me prends aux tripes. Celle-là même qui vous dévore de l’intérieur. Cette peur indescriptible, cette peur de tout et de n’importe quoi, qui rend paranoïaque, qui empêche de faire confiance, et qui rend la vie un peu moins douce. Mais comme toujours avec Renaud, c’est avec un message d’espoir et d’amour qu’il nous laisse.

Que vous soyez connaisseur, ou simple curieux, ce livre peut vous plaire. Par son authenticité et sa douceur. Sa douleur, et sa beauté. Si Renaud vous a touché avec ses chansons, il vous touchera aussi avec ses mots. Et si à l’inverse jamais vous n’avez été attirés par sa musique, peut-être que sa vie, elle, vous fera le comprendre un peu mieux.

Comme un enfant perdu

Un commentaire sur « Renaud Séchan – Comme un enfant perdu »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s